le Mardi 17 mai 2022
le Jeudi 14 avril 2022 18:25 | mis à jour le 15 avril 2022 9:07 MRC D'ARGENTEUIL RCM

Hé! La belle gang 

Les acteurs du Théâtre La Belle Gang répètent une scène de leur plus récente pièce: La Pension Auclair. — Photo Mylène Deschamps
Les acteurs du Théâtre La Belle Gang répètent une scène de leur plus récente pièce: La Pension Auclair.
Photo Mylène Deschamps
Ce n’est pas parce qu’ils sont pour la plupart retraités, qu’ils ne sont pas actifs.  Ils ont des agendas comme des étudiants de génie; tout autant occupés entre leur désir de se rendre utile, de s’émerveiller auprès de leur famille, de parcourir le monde que d’apporter ce petit quelque chose à léguer à cette société. 

Parlez-en à Marie-Claude Hénault, la directrice et metteure en scène, celle qui encadre cette troupe composée d’une trentaine de bénévoles francophones et anglophones, qui est rendue une professionnelle dans la gymnastique d’horaires.  La belle gang, parce qu’elle en est une, ce sont des hommes et des femmes, avec ou sans expérience théâtrale, des anciens professeurs d’université, des cols bleus, des psychologues, ou des directeurs d’école, qui ont pour la plupart plus de 60 ans, mais qui ont tous des airs de petites jeunesses éternelles.  Ils ont pour mission de faire du théâtre d’intervention auprès de leurs semblables.    

Accueillis avec de grands sourires et des yeux pétillants dans l’église Saint-Siméon où ils pratiquent au sous-sol une à deux fois semaine, on sent la chimie de groupe. «Marie-Claude est une rassembleuse et crée un climat d’appartenance » souligne Micheline Dubois. 

Elle n’est jamais dans le jugement et est d’une grande écoute»

— poursuit Nicole Laurin. 

Marie-Claude Hénault parle avec émotion de sa belle gang.

Photo Mylène Deschamps

Le projet est né en 2011, à l’initiative de Martine Ayotte, organisatrice communautaire au CISSS, et de Augustin Bourdages, qui ont eu l’idée de génie de rassembler des acteurs-aînés de la région pour créer une pièce de théâtre afin de sensibiliser la population sur le sujet de la maltraitance et de l’abus envers les aînés.  Ils donnent alors le mandat à François Jobin, auteur de Brownsburg-Chatham, d’écrire une pièce originale : Faudrait pas prendre grand-mère pour une dinde et grand-père pour son dindon.  Ce titre évocateur en dit long…   

Puis on fait appel à Marie-Claude Hénault, diplômée en théâtre du Collège Lionel-Groulx et metteure en scène de plusieurs pièces dans la région, pour prendre en charge la direction de ce projet novateur, qui voilà déjà 12 ans était un projet unique de 4 représentations.  Il n’y aurait pas meilleur humain pour rassembler, écouter et faire avancer La Belle Gang.  Avec émotion, celle qui se fait couvrir de fleurs réplique: «C’est moi la plus chanceuse de la gang! La richesse et l’amour que ces rencontres ont apporté à ma vie, c’est énorme. J’ai appris beaucoup. C’est un des plus beaux cadeaux de ma vie et je suis tellement fière de les avoir autour de moi. Je n’ai jamais remis en question ce projet. Je les aime tellement!»  

Le sujet étant tellement pertinent et apprécié, il se sera multiplié avec la création de 3 pièces originales toutes écrites par M. Jobin. Elles seront traduites pour la troupe anglophone, la 3e pièce attendant une subvention pour sa production.    

Dans le contexte particulier de la pandémie où l’on rassemble des personnes à risque, deux années se sont écoulées avant que la troupe ne reprenne vie voilà quelques semaines.  Cette 3e pièce, La Pension Auclair, aborde le sujet de l’intimidation vécue entre les aînés, un sujet plutôt tabou. La troupe anglophone présentera quant à elle Losing Control (Les anges gardiens sont fatigués), la 2e création, qui sensibilise à la réalité des proches aidants, souvent épuisés à s’occuper des autres en s’oubliant eux-mêmes.  

Pour faire chauffer les planches de La Belle Gang, il suffit qu’un organisme, une ville, une association, un centre pour personnes âgées ou une fédération prennent en charge de trouver une salle, de publiciser l’événement, de préparer un goûter et de veiller au transport de la troupe.  L’organisme, grâce à une subvention temporaire du fédéral, s’occupe des autres coûts liés au spectacle.  L’agent officiel et acteur Luc Dumais ainsi que la directrice sauront vous guider.  

La Belle Gang aura sa première présentation post-pandémie le 8 mai prochain à Papineauville.  Ils sont dynamiques et sont excités de présenter le fruit de leur labeur.  D’ici là, on travaille fort pour pratiquer tout en se protégeant parce que des doublures, il y en a peu.  D’ailleurs si jamais l’envie vous prend de brûler les planches, avec ou sans expérience, La Belle Gang vous accueillera avec douceur, bienveillance et vitalité.  C’est surprenant à quel point vous pourriez retrouver votre air de jeunesse. «Ça prend un grand courage!», lance Roselyne Chessé après que Françoise Savard, retraitée d’Hydro-Québec ait avoué: «Pour monter sur une scène, je ferais n’importe quoi!» Du gros bonheur, que du gros bonheur pour ces personnes au grand cœur, qui ont tant à apporter.