le Jeudi 18 août 2022
le Mercredi 1 Décembre 2021 20:59 | mis à jour le 8 avril 2022 19:21 Le Carillon (Hawkesbury)

Les ordres de santé sont prolongés jusqu’en mars

Le BSEO pousse les secondes doses face à un nouveau variant de la COVID-19. — Photos d'archives
Le BSEO pousse les secondes doses face à un nouveau variant de la COVID-19.
Photos d'archives
Toutes les ordonnances sanitaires d'urgence liées à la COVID-19 demeurent en place jusqu'en mars. 

La solliciteure générale de l’Ontario Sylvia Jones a déposé une motion à cet effet à Queen’s Park le 23 novembre. Cette motion, qui devait initialement expirer le 1er décembre, signifie que le gouvernement de l’Ontario a maintenant le pouvoir de prolonger les ordonnances sanitaires au moins jusqu’au 28 mars 2022. 

Il existe présentement 28 ordonnances en vertu de la Loi sur la réouverture de l’Ontario (LRO), et elles doivent être prolongées par tranches de 30 jours après l’expiration du délai initial du 1er décembre. Bien qu’il soit possible que les ordonnances puissent expirer plus tôt, l’Ontario a présenté un plan complet sur la façon dont elle s’attend à ce que les choses progressent. 

Les limites de capacité pour les milieux intérieurs à haut risque avec preuve de vaccination étaient censées être levées le 15 novembre. Malheureusement, cette étape a été retardée en raison d’une augmentation des cas de COVID-19, la modélisation actuelle de la Table consultative scientifique sur la COVID-19 de l’Ontario prévoyant une moyenne de 700 nouveaux cas par semaine d’ici la fin novembre. 

La levée des limites de capacité a donc été reportée de 28 jours et sera réexaminée à l’approche de la nouvelle date du 13 décembre. Il est probable que l’étape suivante, la levée des limites de capacité partout, sera également retardée par rapport à sa date actuelle prévue du 17 janvier 2022. En supposant que le nombre de cas de COVID diminue, la levée des exigences en matière de preuve de vaccination dans les milieux à haut risque est prévue pour le 7 février. Et d’ici le 28 mars, l’Ontario prévoit lever toutes les autres mesures de santé publique en place, y compris les exigences relatives au port du masque. 

Tout cela repose sur l’espoir que les cas continueront de diminuer, un espoir qui pourrait être contrecarré par la nouvelle variante Omicron. Découverte à l’origine dans la clinique privée du Dr Angelique Coetzee en Afrique du Sud, cette variante se caractérise par deux jours de grande fatigue accompagnée de maux de tête et de douleurs corporelles. Les niveaux d’oxygène restent acceptables, les autres symptômes habituellement attribués à la COVID sont beaucoup plus légers, et la perte du goût et de l’odorat qui signale habituellement un cas de COVID est notablement absente. Selon M. Coetzee, jusqu’à présent, la variante n’est apparue que chez des personnes de moins de 40 ans, alors que moins de la moitié d’entre elles n’étaient pas vaccinées. 

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) a émis un communiqué de presse incitant les gens à recevoir leur deuxième dose si ce n’est déjà fait. Tout comme pour les autres variantes de la COVID, la double vaccination aide à combattre le virus et à atténuer les symptômes. Les troisièmes doses sont toujours en cours de distribution et continueront à être administrées aux gens de tous les groupes d’âge.