le Jeudi 26 mai 2022
le Jeudi 3 Décembre 2020 14:37 Autres - Others

Lefaivre : des résidents veulent qu’on interdise de nourrir des animaux sauvages

Les rencontres entre l'homme et la faune sont courantes dans les zones rurales et deviennent plus fréquentes si certaines espèces animales s'habituent à associer les quartiers humains comme lieu de recherche de nourriture. Des propriétaires de Lefaivre veulent qu’Alfred-Plantagenet adopte un règlement interdisant aux résidents de nourrir les animaux sauvages. — photo tirée d'une banque d'images
Les rencontres entre l'homme et la faune sont courantes dans les zones rurales et deviennent plus fréquentes si certaines espèces animales s'habituent à associer les quartiers humains comme lieu de recherche de nourriture. Des propriétaires de Lefaivre veulent qu’Alfred-Plantagenet adopte un règlement interdisant aux résidents de nourrir les animaux sauvages.
photo tirée d'une banque d'images
Des problèmes avec un de leurs voisins ont poussé certains propriétaires de Lefaivre à demander au conseil municipal d'Alfred-Plantagenet de créer un règlement interdisant qu’on nourrisse les animaux sauvages.

«Depuis plusieurs années, deux personnes de la rue du Domaine nourrissent des animaux sauvages, prétendant qu’ils (les animaux sauvages) étaient ici avant nous», peut-on lire dans une lettre de résidents du quartier de la rue du Domaine, dans le village de Lefaivre, et dont ont pris connaissance les membres du conseil lors de la séance plénière du 17 novembre. «Beaucoup d’entre nous (les propriétaires) ont subi des dommages à leurs propriétés, et leurs propres animaux domestiques ont été mis en danger.»

Les propriétaires se plaignent que la pratique des deux voisins consistant à nourrir les animaux sauvages a entrainé la présence de crottes d’oiseaux provenant de mouettes sur les toits et les fenêtres des maisons du voisinage, sur les meubles de patio, sur les tauds des bateaux et sur les véhicules garés à l’extérieur. D’autres animaux sauvages ont endommagé les jardins et les pelouses. Les chiens du voisinage ont souvent été en contact avec des moufettes.

Dans leur lettre, les propriétaires ont également exprimé leur inquiétude quant au fait que certains animaux sauvages, comme les ratons laveurs, les écureuils et les moufettes, s’habitueront à venir dans le quartier pour trouver et manger et qu’ils créeront alors un risque d’introduction de la rage dans la région. «Nous vous demandons de créer un règlement interdisant l’alimentation des animaux sauvages», concluent les signataires.

Le conseiller Ian Walker s’inquiète du fait qu’un règlement général «ne pas nourrir les animaux sauvages» pourrait pénaliser les personnes qui installent des mangeoires pour les oiseaux chanteurs. Les conseillers Yves Laviolette et Antoni Viau ont tous deux souligné que les mouettes, les moufettes et les ratons laveurs sont les principaux animaux don’t il est conseil. La conseillère Suzanne Lafrance a fait valoir que certains règlements provinciaux à cet effet pourraient déjà interdire l’alimentation des animaux sauvages.

Les membres du conseil ont demandé à l’administration de contacter d’abord le ministère des Ressources naturelles pour obtenir des informations sur le sujet et de se pencher à nouveau sur cette question à une date ultérieure.