le Dimanche 14 août 2022
le Jeudi 15 octobre 2020 12:51 Autres - Others

Éclosion de COVID à la Résidence Prescott-Russell

  photo d'archives
photo d'archives
En effet, quelque 35 personnes, 27 résidents et huit employés de la Résidence Prescott-Russell, ont reçu des diagnostics positifs de COVID-19.

Lundi (le 12 octobre), le total de personnes atteintes lundi s’élevait à six, mais les CUPR ont alors déclaré qu’elle attendait toujours les résultats des tests effectués vendredi. Le laboratoire responsable des tests a été fermé pendant deux jours durant le weekend. Ce n’est que mercredi qu’on a dévoilé les résultats définitifs de tous les tests.

Le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO), le Dr Paul Roumeliotis, a déclaré que l’incident avait commencé par une épidémie respiratoire, les personnes symptomatiques ayant été testées sur un étage du bâtiment. Une fois que le premier résultat positif est revenu, tous les résidents et le personnel de l’établissement ont été testés puis isolés jusqu’à ce que le test soit négatif.

Le Dr Roumeliotis a déclaré que l’hôpital de Hawkesbury était disponible pour aider dans la lutte contre l’éclosion. Le gouvernement fédéral a annoncé que la Croix-Rouge apporterait son aide à certains établissements de soins de longue durée en Ontario, mais le Dr Roumeliotis a déclaré qu’aucun détail n’avait encore été communiqué concernant l’assistance dans la région. La source de l’épidémie à la Résidence Prescott et Russell n’a pas été déterminée.

«Nous sommes en train de faire le traçage en ce moment, mais nous ne savons pas, a-t-il déclaré. Pour l’instant, nous voulons juste nous assurer que nous avons testé tout le monde et que nous avons pris toutes les précautions nécessaires pour éviter une nouvelle infection.»

En réponse aux inquiétudes exprimées par les membres de la famille des résidents, Justin Bromberg, porte-parole des Comtésunis de Prescott et Russell, propriétaire de la résidence, a déclaré que l’établissement respectait tous les protocoles.

«Cette situation exige une attention constante et sans faille pour les 132 résidents qui se trouvent actuellement dans l’établissement de soins de longue durée, ainsi que pour les plus de 160 employés qui leur prodiguent des soins, a-t-il déclaré. Nous pouvons garantir que la Résidence Prescott et Russell suit tous les protocoles concernant à la fois l’épidémie et ses opérations régulières, y compris les protocoles de communication, conformément aux directives et aux politiques du ministère des Soins de longue durée de l’Ontario.»

Malgré l’éclosion, seules deux personnes étaient hospitalisées en raison de la COVID-19 dans toute la région de desserte du BSEO en date du mardi après-midi. Ni l’une ni l’autre n’étaient aux soins intensifs. Une autre éclosion dans la région, au Foyer Saint-Jacques à Embrun, devait se terminer dans les prochains jours. Aucun nouveau foyer d’éclosion n’a été signalé dans les écoles depuis jeudi dernier.

L’éclosion à la Résidence Prescott et Russell a été à l’origine d’une grande partie des 31 nouveaux cas dans la région de desserte du BSEO au cours du weekend. En date de mardi après-midi, 105 cas actifs ont été confirmés dans la région, dont 80 dans la région de Prescott-Russell. Hawkesbury et Russell ont eu 25 cas chacun, suivis de Clarence-Rockland à 12 cas, de La Nation à 10 cas, de Champlain et Casselman à 3 cas chacun, et d’Alfred-Plantagenet à 2 cas. Hawkesbury-Est n’avait aucun cas actif.

Le Dr Roumeliotis a exhorté ceux qui prévoyaient de se rendre dans la région, en particulier dans les points chauds de la COVID-19 de l’Ontario et du Québec, de ne pas s’y rendre. Il a déclaré qu’une des préoccupations venait des équipes de hockey d’Ottawa qui demandaient à utiliser les arénas locaux après que la ville ait modifié les restrictions de la phase 2 imposées le weekend.

«Ils ont tenté de réserver des patinoires locales au Québec également, et j’ai recommandé aux municipalités de ne pas accepter leurs demandes, car nous voulons éviter les déplacements interrégionaux », a-t-il déclaré. En Ontario comme au Québec, on demande aux gens de ne pas voyager à l’extérieur de leur zone.»