le Jeudi 26 mai 2022
le Jeudi 10 septembre 2020 17:41 Autres - Others

Fermeture imminente du Pavillon Hamford

Le Pavillon Hamford de Lachute devra fermer ses portes. — photo Patrick Hacikyan
Le Pavillon Hamford de Lachute devra fermer ses portes.
photo Patrick Hacikyan
C’est la consternation depuis quelques semaines au Pavillon Hamford de Lachute

Le jeudi 27 aout dernier, le Pavillon Hamford a reçu une lettre officielle du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) exigeant l’arrêt total des opérations du centre de traitement des dépendances à l’alcool et aux drogues. L’édifice doit être libéré d’ici le 30 septembre 2020.

«Le Pavillon Hamford détient pourtant une lettre d’Agrément Canada, soutenant le caractère conforme de l’organisme de Lachute», a fait valoir Yannick Benoit, du Pavillon Hamford.

Rejoint par L’Argenteuil, le CISSS a précisé que le certificat d’Agrément Canada est échu depuis le 13 décembre 2019.  « Le Pavillon Hamford tolère des situations susceptibles de compromettre la santé ou la sécurité des personnes à qui il fournit des services qui se sont notamment manifestées à la suite de visites d’inspection, a expliqué Julie Lemieux-Côté, du CISSS des Laurentides. La transmission d’avis de corrections et de fréquents rappels concernant des situations récurrentes telles que des situations d’hygiène et de salubrité, de sécurité incendie, de punaises de lit, d’enjeux éthiques et des nombreux écarts au Règlement qui sont actuellement présents.» 

M. Benoit a soutenu que le Service des incendies a été contacté pour leur demander que l’exercice de feu soit effectué. «Nous avons invité le service des incendies à venir faire un exercice de feu à une date et heure à leur choix. Ils n’ont malheureusement pas encore effectué cet exercice préventif.»

M. Benoit s’est aussi désolé pour les résidents qui sont actuellement en thérapie. «Je trouve cela déplorable que la thérapie des 42 résidents actuels soit perturbée, a déclaré M. Benoit. Deux résidents ont déjà décidé de quitter à cause des derniers développements.» Le CISSS des Laurentides, pour sa part, a exprimé la volonté de relocaliser les résidents actuels du centre.

La direction de ce centre de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies déclare vouloir faire renverser cette décision et régulariser leur situation. «Nous souhaitons que nos 42 résidents actuels continuent de recevoir des soins, une alimentation et un hébergement de qualité. Sans compter nos 18 employés qui travaillent chez nous.»

  Du côté du CISSS des Laurentides, on réitère que tout sera fait pour que la fermeture du centre et le transfert des résidents actuels se fasse sans heurts et de manière graduelle. «Tous les moyens nécessaires seront pris en compte afin de soutenir ces personnes et de les accompagner afin qu’elles soient en mesure de se reloger rapidement», a soutenu Mme Lemieux-Côté.

Il s’agit de la deuxième fermeture d’un centre de traitement des dépendances en quelques années dans la région. En 2017, le centre de désintoxication Robert Piché-Elphège Roussel (autrefois appelé le centre Mélaric) avait aussi dû fermer ses portes.